Vous êtes ici >>

8 sites incontournables de l’Irlande historique à moins de 2 h de Dublin

 

L’Irlande historique, celle des dolmens et des tombeaux datant du néolithique, de vieux châteaux et abbayes, ne demande qu’à livrer ses secrets. 5 000 ans vous contemplent sur ces terres ancestrales ! A moins de deux heures autour de Dublin, je suis parti à la découverte d’endroits surprenants, parfois mystiques. Certains très fréquentés, comme le tumulus de Newgrange, inscrit à l’Unesco, et d’autres pas du tout mais aussi exaltants.

Tumulus de Newgrange

1 – Le tumulus de Newgrange

Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, le tumulus de Newgrange, dans le comté de Meath, est sans aucun doute l’un des sites archéologiques les plus célèbres d’Irlande. Et ça se voit ! Centre d’accueil et d’interprétation, navette reliant le site aux parkings… il attire les foules, évidemment.

Pour autant, j’ai quand même aimé. D’abord parce que le tumulus est tellement vaste avec ses 85 m de diamètre, sur cette colline dominant une riante et verdoyante vallée. Haut et majestueux dans son habit de pierre blanche, il m’impressionne. Ce n’est pas le plus ancien, mais il a quand même été érigé six siècles avant les pyramides de Gizeh, au Caire, en 3 200 av. J-C. environ.

A l’intérieur, je me faufile entre les hautes pierres monumentales pour arriver jusqu’à la chambre mortuaire, au centre. Un rayon lumineux simule pour les visiteurs le soleil qui, au solstice d’hiver, pénètre jusque-là. Exactement sur les gravures, un triskell et des spirales, qui ornent la pierre. Le guide nous demande –on ne pénètre ici qu’en groupe accompagné – de fermer les yeux quelques instants. Et ça marche, le silence s’installe aussi.

2 – Les croix de Monasterboice

Au milieu de nulle part, un petit cimetière de campagne entoure une haute tour en ruine, dernier vestige d’une abbaye : Monasterboice. Entre les tombes se dressent trois magnifiques et imposantes croix celtes.

Celle de Muiredach est considérée comme la plus belle d’Irlande. Elle date du Xe siècle, et sur ces faces sont représentées de nombreuses scènes de la Bible. Dans cet environnement paisible et serein, j’ai goûté ces moments. D’autant que les deux autres croix, quelques mètres plus loin, ne déparent pas même si elles ont plus souffert des outrages du temps.

Carlingford

3 – Carlingford

En bord de mer, à quelques encablures de l’Irlande du Nord, la petite ville de Carlingford. Avec ses vieilles maisons de pierre serrées les unes contre les autres derrière les murailles, le bourg est blotti face à l’estuaire. Il y règne une atmosphère de bout du monde, où se colportent les nombreuses légendes autour de fées et de lutins savamment entretenues. Pour les découvrir, rien de tel qu’une escale dans l’un des pubs !

4 – Les cairns de Loughcrew

Sans aucun doute mon coup de cœur de ce séjour en Irlande ! Les cairns et le tumulus de Loughcrew se trouvent en pleine nature, loin de tout. Surtout, ne pas en faire sa destination première de visite, car après être passé ici tout paraît bien fade…

Loughcrew se mérite. Il faut grimper à flanc de colline, pas longtemps, mais assez pour apprécier la nature qui s’étale : des pâturages à perte de vue, parsemés de bosquets, où s’ébattent vaches et moutons. Le site, appelé aussi « montagne de la sorcière », constitue avec ses 275 m le point culminant du comté de Meath. Et je trouve qu’il a un charme particulier. Aucun artifice, aucune mise en scène. Tout juste si l’herbe est tondue autour des cairns -il y en a une trentaine sur trois collines– et de l’entrée du principal tumulus mortuaire, érigés durant le néolithique tardif, entre 3 300 et 2 900 av. J-C.

Lorsque je contemple la grande pierre qui constitue le cœur du tumulus, je ne peux empêcher une certaine émotion. Ici, la présence des hommes qui l’ont si joliment et abondamment gravée est presque palpable. Les jours d’équinoxe, le soleil y pénètre pour éclairer la pierre durant près d’une heure.

Avant de grimper sur la colline, j’ai pris la clé du tumulus –eh oui, pas de gardien– dans un petit hameau du XVIIIe qui met dans l’ambiance. Ce sont de vieilles fermes au toit de chaume. Au passage, je me suis attardé dans l’une des maisons, restée dans son jus, qui fait office de petit musée. Voici quelques décennies encore, elle était habitée telle que !

Abbaye de Fore

5 – L’abbaye de Fore

Romantique à souhait, l’abbaye de Fore m’a beaucoup plu. Sur un haut-plateau enserré par les collines, se dressent entre les pâturages d’imposantes ruines. Ces larges pans de mur et tours de pierre sont les restes d’une vaste communauté de bénédictins fondée autour de l’an 630. A son apogée, entre le XIIe et XIIIe s, quelque 3 00 moines y vivaient.

Ressources pour voyager

Voici quelques ressources pour organiser votre voyage :

Abandonnée dès le XVIe s, l’abbaye dégage encore aujourd’hui un calme et une sérénité réconfortants. Pour peu qu’un rayon de soleil caresse les vieilles pierres, il fait bon s’y promener, loin de toute agitation.

6 – La colline d’Uisneach

Encore un endroit mythique : la colline d’Uisneach, située entre les villages de Ballymore et Loughnavally. A plus d’un titre. Il y a d’abord ce gros rocher, en plein champ, qui au premier abord ne me paraît pas particulièrement impressionnant. Mais de là, bien que ce ne soit pas très haut, la vue porte loin : on aperçoit 20 des 32 comtés irlandais. Et pour cause, il est le centre géographique de l’Irlande des Celtes. Voilà ce qu’avaient déterminé les premiers habitants, il y a bien longtemps. Et, à quelques centaines de mètres près, c’est vrai !

Habité par l’homme depuis cinq millénaires, l’endroit est au cœur de la mythologie. Selon la légende, la déesse Eriu serait enterrée ici. En tout cas, les traces d’un important palais royal, remontant au premier siècle après J.-C. ont été découvertes à proximité. C’est ici, encore, que l’indépendantiste Daniel O’Connell haranguait les foules au XIX e. Le site fait d’ailleurs l’objet d’une demande de classement Unesco au titre des paysages culturels.

Colline d’Uisneach

7 – Le manoir de Beaulieu

Près de la petite ville de Drogheda, le manoir de Beaulieu est une magnifique demeure du XVIIe. Toujours habité par la même famille –qui a écrit quelques pages d’Histoire–, il n’a pas connu, hormis le confort moderne, grands changements depuis.

Haut d’une quinzaine de mètres, le hall d’entrée m’a franchement impressionné. Le mobilier est d’époque, les murs sont recouverts de peintures. En bonne place figurent même des bois de cerf retrouvés dans la tourbe, vieux de 10 000 ans !

Les jardins, au cœur d’une grande propriété agricole de plus de 150 ha, sont tout simplement ravissants. Ils dominent la rivière Boyne, peu avant son embouchure. L’endroit m’a plu d’autant plus que la maîtresse des lieux est charmante.

8 – Le château d’Ardgillan

Situé aux portes de Dublin, Ardgillan est un magnifique château victorien. Construit par un baronnet, Thomas Taylor au XVIIe, il a son aspect actuel depuis les années 1800. C’est son domaine de 194 ha, un véritable havre de paix, qui a décidé le comté de Dublin à s’en porter acquéreur en 1982 alors qu’il était presque en ruine. Depuis, la vénérable demeure a retrouvé son lustre. Et son mobilier aussi. En le visitant, j’ai notamment admiré la très belle salle à manger, terminée en 1889 après trois ans de travaux. Les communs m’ont bien étonné aussi. Comme ces passages en plein air où les domestiques pouvaient prendre la lumière sans être vus par les invités…

Depuis le perron, je vois loin… au-delà de la voie ferrée qui court en contrebas. Au moment de sa construction, dans les années 1850, la famille Taylor a donné son accord à deux conditions. D’abord qu’elle puisse avoir un pont par-dessus, pour continuer à aller à la plage. Ensuite, que le train s’arrête pour elle à sa convenance. Amusant, non ?

l’Irlande historique

Informations pratiques

Pour y aller : Trouvez votre vol en utilisant notre comparateur.

Utiliser les services d’un guide touristique : Mick Langan micklangantours[at]gmail.com

Un ouvrage : Le Guide du Routard Irlande.

Bonnes adresses

  • Hôtel Scholars Townhouse (3*) à Drogheda qui propose aussi une bonne table.
  • Hôtel Ghan House (3*)   à Carlingford, aux portes de la vieille ville médiévale. Un endroit très calme qui offre une excellente table.
  • Hôtel Castle Durrow (4*) dans un magnifique château historique, un établissement de rêve ! A partir de 220 € la nuit.
  • Restaurant Nelly’s kitchen, une cuisine simple à base de produits frais dans un hameau du 18e au pied du site mégalithique de Loughcrew, près d’Oldcastle.
  • Restaurant Monasterboice Inn non loin du cimetière du même nom. Un ancien relais de poste où l’on sert une cuisine traditionnelle de qualité.
  • Restaurant Hartes  une excellente adresse, d’ailleurs recommandée par le Michelin, dans le village de Kildare, non loin des haras nationaux de Tully.
Avatar

Journaliste venant de la presse régionale, maintenant je ne fais plus que ce que j'aime. C'est simple, non ?

Laisser un commentaire

Share via
Copy link